Voiture electrique et hybride Quebec/Canada, le 28 October 2015


Voiture electrique Twitter Facebook auto electrique

Recevoir l'Actualité par email




Liens

Ecrit par Vincent le 28 juin 2012

Lors du « Forum stratégique sur les grands projets » organisé à Montréal en début de mois, le maire de la capitale québécoise s’est prononcé pour l’installation d’un réseau de voitures électriques en autopartage dans sa ville. Explications.

L’électrique au cœur des discussions au Québec

La troisième édition du « Forum stratégique sur les grands projets » s’est déroulée à Montréal le 1er juin en présence de nombreuses personnalités, dont le ministre des Transports Pierre Moreau et le Maire de la capitale, Gérard Tremblay. Chefs d’entreprise et représentants de sociétés de transports ont également participé à l’évènement. Outre les grands chantiers pour la mobilité en cours de réalisation dans la région, l’électrification des voitures était également au cœur des échanges lors de ce rassemblement. Il était surtout question de l’avancement du Circuit électrique d’Hydro-Québec, le réseau regroupant actuellement 120 bornes de recharges installées à Québec et dans la métropole montréalaise. Les intervenants se sont également intéressés à une possible application du concept Autolib ‘ de Paris dans la capitale québécoise.

Des voitures électriques en libre service à Montréal ?

Ainsi, après la présentation du réseau d’autopartage électrique de Paris par Bolloré, M. Gérard Tremblay s’est dit convaincu par le concept. Même s’il ne veut pas impérativement copier le système, il reconnaît l’importance de l’adopter « le plus rapidement possible » à Montréal. Un tel réseau constituerait une solution supplémentaire pour la mobilité dans la métropole québécoise, aux côtés du vélo, du métro, du BIXI, etc. note-t-il. Le système, accessible sans abonnement, offre par ailleurs plus de liberté aux utilisateurs qui ne sont plus obligés de réserver ou de retourner le véhicule sur la place du départ. L’autopartage réduirait en outre la dépendance à la voiture personnelle sur les trajets reliant les banlieues du centre-ville. Au regard de l’enthousiasme du maire, l’on pourrait espérer l’implantation d’une version québécoise de l’Autolib ‘ dans les prochaines années. Faut-il encore évaluer l’avis des résidents et la viabilité du projet. Une affaire à suivre…

source : lapresse

Comments are closed.


Autres articles qui peuvent vous intéresser :